Phil

Leaders
  • Posts

    19,041
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    195

Everything posted by Phil

  1. Dernier jour à San Francisco hier, pour changer je me suis fait la visite du musée d'art moderne (SFMoMA). Sur 7 niveaux, il y a du vraiment de tout. Du très très moderne (si d'autres qu' @EdgarPotapprécient, ils peuvent se faire connaître ) Du "classique dans le moderne", avec des trucs de pop art archi-connus d'Andy Warhol (Elvis) (Marilyn, en négatif) (Jackie Kennedy) Ou de Roy Lichtenstein (Cathédrale de Rouen, toujours de Lichtenstein) à comparer à l'original de Monet Pour les amateurs de street art, il y a pas mal de fresques murales Le "tunnel de lumière" d'Olafur Eliasson m'a bien plu Entrée Sortie Vu de dessous (il est au 5ème étage, moi au 1er) Il y a également pas mal de photo. Mon coup de cœur c'est Luisa Lambri : J'ajoute un échantillon des "autoportraits flamands" de Nina Katchadourian Là où ça frise l'exploit sportif, c'est qu'elle en a fait des dizaines, tous pris dans des toilettes d'avion avec les moyens à sa disposition (serviettes en papier, papier toilette...) D'autres sur son site web: http://www.ninakatchadourian.com/ Les amoureux de boulons-rondelles que nous sommes ne sont pas oubliés L'automobile est à l'honneur, avec cette sculpture murale en lambeaux de pneus Un des intérêts de ce musée, c'est sa localisation (3ème rue à 4 blocs de Market St), et ses terrasses avec vue sur les buildings du centre Anciens et modernes, on sait déjà qui a gagné Effet pointilliste à travers un store semi-occultant
  2. Selon le loueur et le dépanneur, ça arrive assez souvent, et pas qu'à des Frenchies Pour être honnête, avec un haut capot comme celui du Suburban et le panneau masqué par le palmier, je me serais peut-être fait prendre aussi. Mais je ne crois pas que j'aurais fait deux pneus. Le lendemain (hier), promenade en centre ville, en bus et à pied cette fois. Comme souvent à San Francisco, ciel couvert et blanc le matin Un autre incontournable : le tour en cable car (voiture entraînée par un câble en acier sous la chaussée, que le conducteur embraye plus ou moins grâce à un levier), mis en service dans les années 1870 pour desservir les résidences chic de Nob Hill, et toujours en activité. A l'assaut de California Street, au croisement de Grant Street, rue principale de Chinatown. Dans le wagon, il est interdit de bloquer les entrées, j'ai donc la "chance" d'être sur une marche extérieure, agrippé à la rampe. Lors des croisements à 60 km/h (30+30), ça passe un peu juste avec le passager de l'autre rame au même poste que moi, un "high-five" est tout à fait possible Et pareil avec les voitures. Quand on pense aux normes de sécurité invraisemblables sur les engins actuels... Un camion de pompiers à la volée On se fait déposer à Chinatown, où on a la chance de tomber sur une "danse du dragon", objet de compétition entre écoles du quartier. Le bazar fait 20 à 30 mètres de long Passage délicat, quand le dragon cherche à se mordre la queue (plus exactement la deuxième tête), certains participants doivent sauter par-dessus Pause à Portsmouth square, avec le ciel bleu de retour derrière la Transamerica Pyramid Puis on continue Grant St. au nord. A l'intersection avec Green St., un bistrot qui ne manque pas d'humour Impossible à comprendre si on ignore que le "billet vert" de 50$ est à l'effigie du président Grant On remonte encore Grant St. : les rues adjacentes deviennent pentues, les voitures sont maintenant stationnées en bataille Jusqu'à Lombard St., fameuse pour ses épingles à cheveux au loin, à l'intersection avec Hyde St. Redescente par Montgomery St. Jusqu'aux jetées sur la baie, près de l'embarcadère des ferries Avec de jolis bateaux de promenade, et une vue sur le pont qui amène tous les jours des dizaines de milliers d'habitants d'Oakland et autres villes de la rive opposée San Francisco a conservé son rôle de gros port commercial. Passera, passera pas ? Gagné, mais il n'aurait pas fallu beaucoup d'étages de conteneurs en plus
  3. Pfff j'ai pris de l'avance : ça fait plus de 50 ans que je les chambre, ça les fait marrer picétou Premier jour à San Francisco, ces dames ne veulent ni marcher ni prendre le bus, donc beaucoup de temps passé en bagnole dans les embouteillages en ville, stress en prime, pour ne pas voir grand chose L'incontournable : le Golden Gate Bridge, avec son panneau d'avertissement Petit tour à pied sur le pont, on voit bien la ville, et l'autre pont (Bay Bridge, construit un an auparavant) Notre piaule, dans une maison pour étudiants plutôt bien placée Le lendemain (ce matin, donc hier soir pour vous), nous sommes finalement allés acheter des pass transport pour trois jours - qui ne serviront que deux. (Beaucoup) plus de photos à suivre
  4. Deuxième étape pour San Francisco, la Highway 1nous fait passer à San Simeon, à proximité du Hearst Castle, qui mérite bien la visite. William Hearst, magnat des médias du début du siècle dernier qui a inspiré le personnage principal de "Citizen Kane", passait ses vacances enfant à camper dans la région. Il a donc eu la bonne idée d'acheter vers 1920 son "terrain de camping", soit 100.000 hectares (non il n'y a pas de zéro en trop) pour y élever du bétail et y construire une petite résidence. En fait de petite résidence, ce sera trois immenses habitations destinées à contenir des tonnes d'antiquités acquises en Europe pour pas trop cher à la fin de la 1ère guerre. Il y adjoindra des terrains de tennis, deux piscines dont une couverte et de multiples annexes. Il y invite le gratin d'Hollywood à l'époque. La crise de 1929 ne le ruine pas, mais limite ses ambitions, le projet ne sera pas encore terminé à sa mort dans les années 50. Vue du bâtiment principal, le surnom de "castle" n'est pas exagéré. Les sculptures sont authentiques du 15ème siècle espagnol. Une des annexes La piscine extérieure, qui apparaît dans de nombreux films, par exemple en introduction de "L.A. confidential" A l'intérieur, des décorations d'églises Des plafonds sculptés Des tapisseries et de l'argenterie anglaise La piscine couverte, toute en mosaÏque Il y manque quelques statues et luminaires, actuellement en rénovation Ensuite, la route le long de la côte pacifique est très viroleuse, avec quelques pièges et des difficultés à doubler les traînards. Un arrêt pour un point de vue sur des éléphants de mer Plutôt paresseux comme animaux Occupation principale ? s"asperger de sable "Tu es qui, toi ?" Après Big Sur (endroit paraît-il magnifique, mais dans le brouillard j'ai eu du mal à juger), le Bixby Creek Bridge L'arrivée à San Francisco s'est faite hier soir. A+
  5. C'est donc à bord du Yukon que nous prenons la route du nord (le nom du véhicule semble adapté), San Francisco en deux rounds. Le premier prévoit une belle étape à Santa Barbara, ancien lieu de résidence (et toujours lieu de boulot) de ma frangine - la vraie. Nous tombons en pleins "Old Spanish Days", festivités annuelles aux couleurs de l'Espagne, ancienne puissance coloniale de la Californie. Dès le matin, les parterres de la mission sont tapissés de chaises pliantes et de couvertures, posées là pour réserver l'emplacement pour les festivités du soir. En ville, State Street est fermée à la circulation et le Old Paseo est rempli Des spectacles hispanisants à tous les coins de rue Bref, il aurait fallu passer la nuit, alors que nous n'avons que quelques heures . L'hôtel du soir est déjà réservé à San Luis Obispo, avant une grosse étape vers San Francisco par la Highway One en bord de mer, plus zigzaguante mais plus jolie que les Interstates 101 ou 5 passant à l'intérieur. La suite après
  6. Il y avait aussi ça,mais spécifique du 3ème que je n'aime pas trop... Alors voilà. Le mardi (lendemain de l'affaire du pot de yaourt), après le tour à l'observatoire, je me fais déposer à l'hôtel, je fais un tour du quartier à pied, je repère un resto de ramen pour plus tard. Mon téléphone sonne, "on a un problème de pneus, il faut que tu viennes". Il faut dire qu'une semaine plus tôt, elles m'avaient fait le coup en triturant le tableau de bord et en tombant sur l'affichage de la pression des pneus "oula c'est très déséquilibré, il y a 39 d'un côté et 41 de l'autre, c'est pas normaaaaal il faut aller dans une station" donc no panic. "Oui mais là on a vraiment crevé, il faut que tu viennes" (traduction : elles sont incapables de trouver le cric. La roue de secours, je leur ai montrée hier, elle est suspendue sous le coffre). "Et en plus on a crevé deux pneus !" alors là ça m'intrigue... Je me renseigne, elles sont près d'un arrêt de métro, le temps se trouver une station proche et de comprendre comment on prend un billet, c'est bon. Explication : comme dabe, feignantes comme des couleuvres, au lieu de se garer n'importe où et de finir à pied en profitant du paysage, elles ont tourné à fond les ballons autour du block où elles voulaient aller, ont repéré un panneau "parking", ont foncé dedans sans se demander s'il n'y avait pas par hasard un énorme panneau rouge derrière le tronc du palmier. Mais voilà. Résultat : Deux pneus, ça veut dire qu'elles sont passées assez vite sur la herse pour ne pas se rendre compte que le premier avait déjà explosé. Puis : Le loueur nous paie le taxi (avec l'option "2 heures d'attente") pour l'agence de l'aéroport, où nous récupérons une autre voiture après avoir bien fait marrer le gugusse au comptoir. On en sera quittes pour le prix du dépannage et une paire de boudins en 20 pouces à 500$ le bout. Curieusement, pour rentrer à l'hôtel où nous mangerons un sandwich (à 1h du mat, les ramen ne nous ont pas attendus), elles me laissent conduire sans trop l'ouvrir. La nouvelle caisse : un GMC Yukon, clone de notre Suburban avec 50.000 miles de plus au compteur. Elles trouvent quand même le moyen de râler sur les rétros qui ne se replient pas automatiquement, et sur la commande de boîte par un gros levier bien rétif plutôt que de petits boutons. Et sur la couleur noire. pfff.
  7. Bien joué . Coup de bol ou prémédité ?
  8. Le lendemain matin, visite des studios Warner Bros. à Hollywood Dés l'arrivée, sur le parking du personnel, un signe de bon goût Le fameux château d'eau (qui ne sert plus à ça) La première partie de la visite est un tour des extérieurs de tournage dans un engin à roues, avec un guide qui explique très (trop) vite, avec des références en rafale à des séries qu'on connaît - Friends, Big Bang Theory, Urgences - ou pas. Un peu décevant pour un Français qui se débrouille pourtant en anglais. Les décors servent et reservent depuis des décennies pour divers films et séries Vue panoramique de la "rue de New York" La "ville du midwest" Ensuite, c'est une visite libre d'un musée, bien plus intéressante car on va à son rythme Les classiques, costumes d'Huphey Bogart et Ingrid Begman dans Casablanca Plus récent, Mars Attacks On peut poser dans les décors de Friends Pour les adorateurs de Matrix (moi ) Avec l'occasion de découvrir en images ce qu'est un storyboard Je vous avais dit qu'on reverrait des véhicules de Batman, ici la trilogie (?) des années 90 Enfin, une bonne partie était consacrée à Harry Potter. Au risque de décevoir les trentenaires du forum, je n'ai qu'une photo mais il y avait plein de choses - et aussi plein de produits dérivés à vendre dans la boutique, business is business . L'après-midi, montée à l'observatoire Griffith, au sommet d'une colline de Hollywood avec une belle vue sur la ville Là aussi, le petit personnel a bon goût Vue panoramique Détail sur l'hyper centre. Au contraire de New York, Los Angeles est une ville très étendue mais aux bâtiments plutôt peu élevés, avec beaucoup de maisons individuelles relativement proches du centre. Le soir, je rentre tôt à l'hôtel en laissant les filles aller seules dans le centre. Grave erreur.
  9. Le Petersen se trouve sur Wilshire Blvd, dans une paire de blocs appelés "Museum Row" (la rangée de musées). En sortant, j'en essaie d'autres mais tous ferment tôt . En me promenant dans le coin, je tombe sur des trucs cools Devant le bistrot du LACMA (Los Angeles County Museum of Arts) Derrière le même, une œuvre d'art sympa C'est quoi ?Juste "levitated mass", un rocher de 340 tonnes placé en équilibre et sous lequel on peut passer. Comment il est arrivé ici, aucune idée, c'est ça qui est drôle. Vitrine d'un diner, hélas fermé, dans un angle de rue VIsiblement un pro-Saunders Tout ça en attendant les copines (ou les frangines, hein @EdgarPot), parties se faire bronzer les miches à Malibu et qui doivent passer me prendre, soi-disant "à 19 heures". 19h20, il commence à faire frais. Je décide de me bouger, je marche un bon kilomètre avant de trouver un arrêt de bus, je me renseigne auprès d'une Jamaïcano-Guatémaltèque sympa qui attend, c'est bon on peut prendre des tickets dans le bus et il va bien dans mon quartier. Je monte, je sors un bifton, je le tends au chauffeur qui me regarde d'un air perplexe "What is it for ?" "Well, for the fare" "Oooooh, today is free for you" (traduction : "c'est pourquoi ?" "ben pour le trajet" "ooooh aujourd'hui c'est gratuit pour toi") Rentré à l'hôtel, les nanas ne sont toujours pas là, pfff elles ont dû s'arrêter prendre une glace. Bah non même pas. Juste avant de passer me chercher, celle qui conduisait notre camion venait de s'arrêter à un feu (traduction libre et immédiate connaissant les loustiques : elle a pilé comme une malade), a entendu un bruit étrange derrière. Une ptite jeune venait de tenter de casser le support d'attache remorque en tube carré de 2 pouces avec le radiateur de son pot de yaourt coréen . Raté, il n'y a que le cache en plastoc sous le pare-chocs qui est sorti et a du mal à se remettre. En revanche, le radiateur et ce qui allait autour n'a pas aimé dutoutdutout. Le temps de se renseigner pour savoir s'il fallait faire un constat toussa, bref je ne peux pas laisser les blondes seules... et c'est pas fini (teasing encore... à + )
  10. Pas une thune, question de principe On zyva Le Petersen, c'est sinon le plus grand (la Harrah à Reno est monstrueux), du moins le plus fameux de l'Ouest par la qualité des véhicules exposés. L'entrée Depuis l'angle opposé de la rue, en choisissant l'instant Arrivé à 15h30 pour une fermeture à 17h, j'ai hélas dû parcourir les trois niveaux en mode dragster Dès l'entrée, ça crache fort : Porsche machin en alu très rares (je n'y connais rien, juste ça brille ) Cadillac 1903 Et, obligatoire dans tout musée US qui se respecte (on se demande s'il n'y en a pas eu plus que les 51 recensées...),une Tucker Torpedo 1948 Le musée présente un certain nombre d'expos thématiques, avec pour chacune une dizaine de véhicules. Un grand classique, les véhicules de James Bond Les véhicules électriques à travers les âges Des premières Aux années 50-60 (sujet de quizz maintes fois posé...) Aux plus récentes (pas de photos...) Une mini-expo de supercars, je n'en montre qu'une Egalement une salle sur les hot rods, qui devrait en intéresser quelques-uns Des voitures de films (mais pas de James Bond bien sûr) dont plusieurs archi-connues Black Panther Heuuu... avec la caméra Du Batman (que je reverrai ailleurs à LA, encore du teasing...) Incontournable Des homes en noir Cars (que je reverrai aussi ) Dans le parking du musée, des trucs sympa en expo @FLYER34 Je crois que l'indigestion est proche, non ?
  11. Pour accélérer un peu, voici quelques images de la matinée suivante sur Hollywood Boulevard, lieu du célèbre "Walk of fame", le trottoir parsemé d'étoiles au nom de personnalités du cinéma, de la télé, de la musique etc. Alors c'est rigolo de se promener en essayant de se rappeler les films qu'on a vus (ou pas) avec tous ces gens. Mais au bout d'un moment (quelques centaines), à moins d'être un cinéphile acharné, ça lasse un peu. Je vous en mets une seule, spécialement pour @Fanamc Vu dans une vitrine, toujours sur Hollywood Boulevard, dédiée à tous les harleyistes et à @james ll El Capitan, un cinoche datant des années 20, ayant accueilli entre autres la première de Citizen Kane Et par moments, on distingue le fameux H O L L Y W O O D sur la colline L'après-midi, visite du Musée Petersen plein de photos à venir
  12. Notre première journée à LA, c'est "plage". Plutôt qu'à Malibu (on n'a pas nos maillots de bain rouges ) ou à Santa Monica, ma nièce (qui y habite) nous donne rendez-vous à Venice . Premier contact, une école de surf venue en bus scolaire Et sur le parking : La plage de Venice, c'est d'abord une plage populaire et pas "trop" touristique (moins que Santa Monica) en pleine ville Et à quelques km de l'aéroport. "ça flotte ou ça vole ? Les trois mon capitaine" L'architecture de bord de plage n'a guère de limites... On sent la mondialisation Il y a quand même des boutiques àlakon (noter le bon goût des petites culottes), mais concentrées sur quelques centaines de mètres Et de beaux camions de pompiers Et pourquoi ça s'appelle Venice ? Je pensais que c'était juste comme ça pour faire joli, mais non. Derrière la première ligne, c'est parsemé de petits canaux, bordés de cabanes à 10 millions de $... Meublées chez Ikea peut-être Les occupants font leurs courses en paddle ? A demain pour la suite
  13. Samedi, on prenait alors la route de Los Angeles. Autoroute sans surprise, seule l'arrivée à LA sur des autoroutes géantes au milieu des files de fous zigzaguants peut être source d'inquiétude quand on roule depuis 3 semaines dans des Etats "ruraux". Peu avant Barstow (la plus grande ville sur la route), on fait le détour sur la droite par la ville fantôme de Calico. Reconstruction plutôt que restauration, c'est surtout une "ville modèle" destinée à l'édification des foules : un peu comme certaines fifties revues par Jay Leno avec small block alu et injection, ce n'est pas très authentique mais joli à voir quand même. Quelques images : L'école en haut du village Vue d'ensemble Des ustensiles du quotidien de l'époque Cabane construite sur/dans/sous un rocher
  14. Je reprends le cours du récit, après quelques péripéties dont je donnerai le détail en temps utile (teasing inside ) Jeudi dernier, arrivée à Las Vegas pour deux nuits. Là, tous les clichés sont présents, on se lâche côté photos. Vue depuis la piaule (nous sommes au 11ème étage de l'hôtel) Dans les rues, architecture délirante dans un chantier perpétuel Des casinos/hôtels dans le désordre parmi des dizaines, tous de 30 à 65 étages (juste comme ça, la tour Montparnasse en a 60) : "Circus Circus" "Mandalay Bay" "New York New York" "Paris" "Luxor" Les intérieurs n'ont rien à envier, par exemple la pyramide du Luxor est creuse, et accueille des dizaines de chambres à chaque niveau Point commun, et source de tout le pognon qui se déverse à flots : les casinos (interdiction de photographier autrement qu'en plan général) Pognon, vous dites ? Boaf, il suffit de chercher dans les coins C'est le paradis des messieurs seuls. Et des dames aussi... Bizness is bizness Moi-même je me suis laissé tenter... Avouons-le, les jeux d'eau du Palazzo avec le Paris en arrière-plan ne sont pas dégueu Les mêmes endroits la nuit Et mes ptits favoris C'est féérique, sans photos des centaines de SDF camés, de pouffes plus ou moins avariées, de familles bien roses avoisinant la demi-tonne au total, et autres rebuts auxquels nul ne prête attention puisqu'on est là pour s'amuser dans le plus beau des mondes. Bref, Vegas pas mon truc.
  15. Ok, alors c'est pas ça
  16. Membrane percée, de l'essence part dans le carter le long de la tige de commande actionnée par l'arbre à cames.
  17. Ton chemin pour Bryce Canyon, Kanab et Antelope passe sans doute au nord du Grand Canyon. La Route 66 passe par le sud en suivant l'I-40 en direction d'Albuquerque au Nouveau-Mexique.La 66 fait une petite boucle au nord par rapport à l'I-40 entre Kingman et Seligman. Les voitures en état correct sont à Williams, les épaves à Hackberry. Sur la même route j'ai raté deux étapes : le musée de la Route 66 à Kingman (ferme tôt dans l'après-midi) et Seligman (erreur d'embranchement ).
  18. Ah oui, Tu es allé à Grand Canyon West, nous sommes passés par le sud après avoir hésité à prendre un chemin plus court par le nord, qu'on nous a déconseillé. Dommage qu'on se soit ratés à Vegas, on était à quelques centaines de mètres l'un de l'autre... De notre côté, après le Grand Canyon, nous avons passé la nuit à Williams, ville étape sur la mythique Route 66. C'est la dernière ville contournée par l'Interstate 40, pour remplacer la 66 qui traversait la ville jusque dans les années 80. Il en reste beaucoup de traces au quotidien, en plus que de nombreuses boutiques pour touristes - où je n'ai pas manqué de faire quelques achats obligatoires . Comme on est sur un forum bagnoles, il y aura plus de photos cette fois Juste à côté du motel, un garage-maison-musée en plein air avec quelques tacots et autres Disney a frappé Quelques centaines de mètres à pied suffisent largement à se faire une idée Entre la Corvette et la Cor...éenne, la jeunesse semble faire son choix Disney encore, mais c'est quoi ce truc ? Bon sang mais c'est bien sûr ! L'Amérique profonde à l'oeuvre ça c'est pour @exNISSAN même si ça tape un peu à côté Sur la route, un attelage a attiré mon attention (quizz inside) Sous un ciel annonciateur d'orage (les barres blanches à gauche sont un reflet de la vitre ) Les 4 voies de l'I-40 filent tout droit de Seligman à Kingman, nous préférons le détour de l'ancienne 66. Une erreur d'appréciation nous empêche de voir Seligman . Nous nous rattrapons à Hackberry, dont il ne reste qu'une ancienne station-service transformée en musée/boutique et entourée d'épaves. Un break Mercury quasi neuf Une DeSoto pour @EdgarPot Et son clone de chez Chrysler L'intérieur est à peine défraîchi, avec un peu de peinture pour maquette et d'huile de coude @sebastien 01 devrait en faire quelque chose Et celle-ci est réservée à @CAN-AM, il ne manque qu'un L6 latéral matching numbers. J'en ai quelques dizaines d'autres, pour ne pas vous lasser je garde ceci pour @The Lion King : L'extérieur de la boutique Et l'intérieur façon caverne d'Ali Baba Même les goguenots valent le coup Non mais sans blague, une vieille radio à lampes comme ça, on n'en voit pas tous les jours Sur la dernière partie, un vrai gros orage nous tombe dessus, à côté les Nordistes peuvent se mettre leurs draches bien profond dans la poche...
  19. Le lendemain, le mythique Grand Canyon Manque de pot, temps gris et même pas mal de pluie l'après-midi on fait avec, au moins on n'a pas trop chaud Erreur fréquente : la rivière qui coule en bas est le Colorado ( c'est le "Grand Canyon du Colorado"), un affluent du Rio Grande. En réalité, on n'est pas du tout dans l'Etat du Colorado (d'où provient ladite rivière) mais en Arizona. Plus bas, la même fait la frontière entre Arizona et Nevada. Venant de l'Utah, on la franchit au Pont Navajo, construit en 1929 pour parer cette immense barrière naturelle. Un deuxième pont identique a été construit ensuite à quelques dizaines de mètres dans les années 80 pour permettre le passage des gros camions. Une vue du nouveau pont depuis l'ancien : Et la rivière qui coule gentiment en bas : On franchit ensuite le "Little Colorado" qui donne un petit aperçu Le "vrai" Grand Canyon, c'est plutôt ça : Oui OK c'est comme les gorges du Verdon en plus grand, voilà quoi. Sauf que "plus grand" c'est plus d'un kilomètre et demi. Pas de largeur hein, de profondeur . La largeur c'est 10 km en moyenne, sur des centaines de km. Pour vous faire une idée, vous voyez le bonhomme en haut à gauche ? Là, on le voit encore un peu, même qu'il n'est pas seul Certains diront qu'ils voient encore. deux points On est quand même peu de chose... Pour voir tout ça, des promontoires ont été aménagés un peu partout Et même quand il fait moche, on voit très loin. Vous voyez la patate rouge tracée par un attardé de 6 ans ? Dedans, il y a ça Le mont Kiléo (j'ai oublié le nom...) distant de 100 km. @sebastien 01 doit être à l'heure qu'il est dans une autre partie du Canyon proche de Las Vegas, j'espère qu'il a meilleur temps et nous ramènera de meilleures photos
  20. Reprise du cours des choses : Après Zion, visite d'une merveille, le Bryce de Nyce canyon . En arrivant, ça ressemble à ça : Un amoncellement de "cheminées de fées" rouge/orange vif. Pour donner l'échelle : C'est quand même bien tourmenté : Et parfois vertigineux En descendant vers le fond, on trouve un double pont de pierre Mais c'est pas tout ça, il faut remonter... Une vue d'ensemble d'un des sites (il y en a plein, la journée ne suffit pas loin de là) avec le ciel dégagé de l'après-midi Des visiteurs insolites, bien loin de leur Pennsylvanie d'origine
  21. Tant que j'y suis, je continue avec le parc national de Zion, toujours dans l'Utah On arrive dans les immensités rougeâtres typiques de la région Pas mal de plateaux (mesas) qui nous montrent qu'on n'est pas en Beauce Tout ça le long de la route, les motards profitent encore mieux que nous Entrée dans le parc On remonte un long canyon, grâce à de très pratiques navettes multi-arrêts. Au bout, il faut enlever les chaussures pour finir de remonter la rivière - ce sera sans nous On arrive ce soir, on a réservé au Sahara pour deux nuits .
  22. Je rattrape un peu de temps avec notre passage à Salt Lake City par une journée brumeuse Chaque Etat a son Capitole, celui de l'Utah est au sommet d'une colline L'emblème de l'Etat est, non pas un chapeau ridicule ou un étron bien moulé mais une ruche ("beehive") symbole du travail acharné Ruche que l'on retrouve sur toutes les routes d'Etat Curiosité, le parking d'entrée du capitole a une guérite en marbre à colonnettes (on ne voit pas bien sur la photo, vous devez me faire confiance) La ville est centrée sur Temple Square, noyau de la religion mormon Le bâtiment administratif de l'Eglise, avec en piédestal deux mappemondes représentant sa vocation universaliste. Le musée-mémorial du fondateur de la religion, assassiné au 19ème siècle avant son installation à Salt Lake. Faux marbre, stuc et tapis-doudounes, ça claque... La visite du centre (plutôt désert le dimanche) est ponctué par des rencontres avec des paires de jeunes prosélytes chargés de guider les visiteurs. Sympathiques et doux façon témoins de Jéhovah, je n'ai pas pensé à en garder des photos souvenirs. Dans le tabernacle, un concert d'orgue est prévu l'après-midi, hélas pas dans notre planning car nous devons repartir tôt Répétition (sur des airs de Morricone, là aussi il faut me faire confiance ) : Au pied d'une église, un van cool L'aprèm route au sud, direction Cedar City, à deux pas des parcs de Zion et Bryce Canyon. Ce sera pour plus tard, je n'ai même pas fini de trier les photos
  23. Reprise du cours du temps, toujours avec 5 jours de retard Depuis le Wyoming, la route de Salt Lake City repasse par un petit coin de l'Idaho. Une série de toponymes attire notre curiosité D'abord nous traversons Geneva, 140 habitants. Une des passagères de la voiture, vivant dans le haut de la Yaute, fait une photo, pas moi. (pour l'anecdote, dans un jardin abandonné à l'entrée du bled pourrit une berline Kaiser 1950, si ça intéresse quelqu'un...) Un panneau nous indique les destinations suivantes, celui-là je ne le manque pas... L'entrée de Montpelier (oui, avec un seul "L"), carrefour important pour les pionniers en chariots bâchés entre la route de l'Oregon et celle de Californie Entrée de Paris, sans les embouteillages du périph Toujours à Paris, un resto sympa mais ce n'était pas l'heure Pour les moins observateurs d'entre vous ("pourquoi sympa ???"), l'enseigne de ce "gastro garage" Quelques miles plus bas, à cheval sur l'Idaho et l'Utah, le Bear Lake (lac de l'ours) est une destination touristique de masse pour le week-end, avec son paysage certes mais aussi ses activités nautiques - nous avons croisé un nombre considérable de pick-up tractant des bateaux ou des jet-skis. En fin d'après-midi, arrivée aux abords de Salt Lake City, où nous passerons la nuit. Avant cela, nous faisons un crochet par Antelope Island, île au milieu du lac salé qui donne son nom à la ville. La route d'accès (payante, 15$ pour la voiture mais ça les vaut) franchit quelques km d'une étendue plate et vaguement humide Le lac est un des restes d'un immense lac qui couvrait la moitié de la superficie de l'Etat il y a des milliers d'années, le lac de Bonneville A des centaines de km de là à la frontière du Nevada, Bonneville Salt Flats, lieu mythique du hot rodding (hein @Rol630 ) et des records de vitesse, n'est que l'autre extrémité de cet ancien lac. Nous ne sommes pas allés goûter l'eau pour vérifier qu'elle était salée (en cette saison, environ 25% de sel, 7 fois plus que l'océan et pas loin de la Mer Morte) : la rive est loin, mais la plage est grande Une paire d'autres images du lac salé : Avec la chaleur, le lointain devient mirage La preuve en sortant (mesdames, ne lisez pas ) mon gros zoom Un bout de faune d'Antelope Island, qui comprend aussi des cerfs (on en a vus) et des bisons (on n'en a pas vus) Et notre autobus en plastique sur la route d'accès
  24. On était à Bryce Canyon hier (fabuleux malgré une météo moyenne), Grand Canyon aujourd'hui , on sera à Vegas demain soir
  25. Après Yellowstone, traversée rapide du parc du Grand Teton, situé juste au sud (une dizaine de km séparent les deux parcs). Le nom provient de trois montagnes particulièrement élevées, surnommées malicieusement "les trois tétons" par les trappeurs francophones des années 1820-1840. Vers 1840, la mode des pelisses en castor passe (ce qui tombe bien puisque l'espèce est en voie de disparition), les trappeurs se trouvent d'autres occupations ailleurs, et le nom reste pour le plus grand des sommets, qui est jusqu'à nos jours "The Grand Teton". Photo de la chaîne des Tétons, les trois Tétons sont sur la gauche (le plus haut sommet vers le milieu s'appelle le mont Moran, c'est moins pittoresque). (En principe, en cliquant sur l'image, elle doit apparaître plus grande) En sortie du parc, visite d'un ancien groupement de fermes, occupé des années 1890 jusqu'aux années 1930 par des familles de l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, autrement dit des Mormons. (le Grand Teton est ici légèrement à droite) Actuellement désaffecté, mais maintenu en état pour les visiteurs. Ce qui nous amènera le lendemain au sud du Wyoming, dans l'Utah, Etat des Mormons, et sa capitale Salt Lake City. A+