Comment s’assurer en étant jeune conducteur ?

Il n’y a pas d’âge pour vivre la passion des voitures américaines. Cependant, si elle vit en nous tous ici, de 7 à 77 ans, les plus jeunes d’entre nous remarqueront (ou peut être n’ont pas encore réalisé) combien les assurances peuvent être un frein pour votre passion.

Nous avons effectué un test en essayant de faire assurer une Mercury Capri 1979 (16 cv fiscaux) par un jeune conducteur titulaire du permis depuis 5 mois. Les résultats de notre enquête illustrent parfaitement la situation dans laquelle vous risquez de vous trouver en essayant d’assurer votre voiture américaine.

Il convient en premier lieu de rappeler l’importance d’une assurance. Beaucoup de jeunes cherchent une voiture américaine en se disant que l’assurance est accessoire, ou se disent « on verra plus tard ». Cette attitude est irresponsable et peut devenir criminelle en cas d’accident grave. Rouler sans assurance est considéré par la loi comme étant un délit. Si lors d’un contrôle de police l’absence d’assurance n’entraîne pas de perte de points, sachez qu’une contravention pouvant atteindre plusieurs milliers d’Euros en plus d’un retrait de permis pourront être appliqués. En cas d’accident sans assurance, tous les dommages matériels et corporels seront à votre charge, de votre côté comme celui du tiers. Enfin, sachez qu’il sera extrêmement difficile de retrouver un assureur qui acceptera de vous couvrir dans le futur.

Maintenant que vous êtes informés des risques auxquels vous vous exposez si vous roulez sans assurance, nous pouvons passer au vif du sujet. La première étape lorsque vous cherchez un assureur, c’est le téléphone ! Vous prenez un bottin, cherchez des assureurs dans vos environs, et bien souvent vous vous faites jeter par tout le monde. C’est alors le début d’une longue déprime… Pour vous faciliter le travail, nous avons réalisé un test en essayant de faire assurer une Mercury Capri 1979 (16cv fiscaux) par un jeune conducteur titulaire du permis depuis 5 mois seulement.

Après plusieurs interludes musicaux interminables entre le thème des bisounours et la musique d’ascenseur, vous allez rapidement découvrir le premier point commun à toutes ces agences : personne ne trouve la marque Mercury dans les fichiers. Pour certaines agences, ce problème n’est que passager car ils peuvent généralement l’ajouter dans une base de données ou trouver une voiture comparable.

Ensuite, c’est l’entrée en piste des questions fatidiques :

Assurance : « Vous avez le permis depuis combien de temps ? »
Jeune conducteur : « Février 2012 »
Assurance : « Puissance fiscale du véhicule ? »
Jeune conducteur : « 16 chevaux »
Assurance :  « Vous voulez dire 6 chevaux ? »
Jeune conducteur : « Non, c’est bien 16 chevaux »
Assurance :  « Ok, d’accord… Attendez quelques instants s’il vous plaît »

A ce stade, vous êtes grillé et pouvez dire au revoir à cette charmante demoiselle au bout du fil. Durant notre test, sur 14 agences appelées, 13 ont refusé de continuer la demande de devis. Soit elles ne connaissent pas Mercury et ne font pas l’effort de l’ajouter dans leur base de données, soit elles vous congédient après avoir entendu la puissance du véhicule que vous essayez d’assurer.

Alors, s’assurer lorsque vous êtes un jeune conducteur serait impossible si vous roulez en voiture américaine ? Heureusement, une agence a fait une exception et a décidé de faire plus de recherches à notre sujet. En effet, l’agence GAN semble être plus intéressante (comprendre plus ouverte que les autres) pour les jeunes conducteurs désirant assurer une voiture de collection. Un devis a été proposé par GAN à notre jeune conducteur pour sa Mercury Capri. Le montant s’élève à 85 Euros par mois en plus de la souscription à un contrat de prévoyance de 11 Euros par mois et de l’ouverture d’un compte bancaire à garnir petit à petit afin de prouver à votre assureur que vous pouvez encaisser un éventuel coup dur. Cela dit, cette proposition tient sous réserve de l’accord de la direction. Cependant cette nouvelle est encourageante, et en insistant un peu nous pourrions peut-être avoir une réponse positive.

Il convient également de parler de Rétroassur, que vous verrez dans tous les journaux traitant de voitures anciennes. Sachez que pour être assuré chez eux en tant que principal conducteur, il faut deux ans minimum de permis (non-négociable). Vous pouvez cependant être assuré en tant que conducteur occasionnel (prêt du volant), à condition que la carte grise soit au nom d’un de vos parents. Pensez-y si vous achetez un véhicule en carte grise collection – mettez le au nom de votre père ou mère et ainsi vous pourrez être assuré avec Rétroassur. Il faudra cependant s’acquitter d’une franchise de 610 euros en cas d’accident.

Avant de continuer notre enquête, commençons par étudier les différences entre une assurance classique et une assurance collection. Cette dernière, à la différence d’une assurance habituelle, vous autorise à conduire la voiture uniquement le weekend dans le cadre de rassemblements. Bien entendu, pas vu pas pris, mais être attrapé au travail avec votre voiture assurée en collection peut vous coûter cher.

Pour la majorité des agences contactées par la suite, sachez que l’assurance collection est refusée en raison des mêmes critères que l’assurance normale. Il est donc déconseillé de chercher dans cette voie pour ne pas perdre de temps.

Afin de vous aider dans votre démarche, voici quelques conseils pratiques recueillis auprès de jeunes conducteurs passionnés de voitures américaines :

  • Soyez gentils avec papa/maman. Gardez à l’esprit que vos parents (d’autant plus s’ils ont des bonus) peuvent être un gros atout dans votre recherche d’assurance. Un fils d’assuré part avec un gros avantage, et est plus à même de négocier qu’un illustre inconnu. N’oubliez pas que plus vous avez de véhicules sous contrat chez le même assureur, plus vous êtes en position de négocier avec lui.
  • Tentez de vous faire assurer comme second conducteur. Cependant, n’oubliez pas de compter dans votre budget une franchise de 750 Euros. Évidemment, oubliez les bonus et autres bénéfices avec cette méthode, cependant elle vous permet de rouler légalement avec votre voiture de collection.
  • Sortez des agences généralistes. Toutes les grandes enseignes d’assurance sont tenues par des cahiers des charges. Si vous n’entrez pas dans les critères prédéfinis, vous allez  voir refuser votre demande de devis. Dans le meilleur des cas, on vous dit que votre cas va être étudié avec la hiérarchie et on ne vous rappelle jamais. Orientez-vous donc vers des cabinets indépendants, où le facteur humain est plus respecté que dans les compagnies généralistes.
  • Déplacez-vous, prenez rendez-vous directement avec le directeur d’agence, faites un dossier soigné sur votre voiture, avec photos du travail que vous faites dessus et expliquez lui que votre voiture est avant tout un objet de collection, un rêve réalisé. Faites comprendre aux agences rencontrées que vous n’avez pas acheté votre voiture américaine pour faire des runs sauvages aux feux rouges. Vous devez plaire à votre interlocuteur et dégager un sentiment de sympathie. Si la personne en face de vous à confiance en vous, il vous assurera si vous faites cette démarche hors des assurances généralistes.
  • Faites preuve de patience. Ne vous précipitez pas. Une voiture américaine, ce n’est pas qu’une voiture, c’est une passion et un objet de collection. Beaucoup de préjugés existent sur ce genre de véhicule, mais il n’y a pas de fumée sans feu. Ces autos sont parfois très délicates à conduire. Commencez par des modèles sages, avec une puissance fiscale relativement faible (en dessous de 20cv). Rouler en voiture américaine c’est avant tout adopter la cool attitude, alors la puissance peut attendre lorsque vous faites vos débuts.

Maintenant que vous avez toutes les cartes en mains, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bonne chance dans vos recherches. Profitez un maximum de votre nouveau jouet, soyez bien assuré, et surtout restez prudent sur les routes !