Homologuer un Hot Rod

Depuis quelques années, les Hot Rods rencontrent un énorme succès partout en Europe. Cependant, immatriculer ce genre de véhicule peut relever du parcours du combattant si vous souhaitez rester en règle.

Un véritable Hot Rod, c’est un châssis de voiture des années ’30 avec un moteur bien plus gros qu’à l’origine, avec une carrosserie différente type roadster ou coupé au lieu de la berline ou pick-up de base, puis un certain nombre de modifications plus ou moins extrêmes notamment sur les trains roulants.

Très peu de rods sont réellement homologués, et bien souvent leurs propriétaires roulent dans la plus grande illégalité (voir les risques encourus). Généralement, les Hot Rods ont la carte grise du châssis d’origine avec le même numéro de série que celui frappé sur le châssis (de façon plus ou moins légale). Au mieux, le châssis est celui d’un Ford V8 sur le quel le créateur à conservé un V8 flathead Ford. Au pire, c’est une installation du genre V8 350ci Chevrolet sur un châssis de Citroën C4.

Si la carte grise d’un Hot Rod ne correspond pas au châssis (ou que les numéros ont été limés ou refrappés), son propriétaire peut se retrouver devant le tribunal correctionnel en cas d’un contrôle de routine par les forces de l’ordre ou suite à un accident.

Pour être admis à circuler sur la voie publique, un Hot Rod de construction artisanale ou transformé doit faire l’objet d’une réception par la DREAL (ex-DRIRE, ex-Service des Mines). La réception consiste à vérifier la conformité du véhicule aux dispositions techniques fixées par le code de la route et à s’assurer de son bon état de marche.

Rouler avec un Hot Rod non homologué est passible d’une amende et de l’immobilisation du véhicule. Cependant, le gros problème est moins la légalité ou l’illégalité que les risques encourus en cas d’accident. L’assurance a le droit de ne pas couvrir l’assuré puisque le véhicule est illégal, ce qui veut dire que le propriétaire du Hot Rod sera seul face à la famille d’un mort ou d’un handicapé en cas d’accident grave, avec en conséquence de très lourdes indemnités à verser durant de nombreuses années, voire durant toute une vie.

Pour rester légal, il est donc indispensable de passer par la DREAL.

Il existe quelques solutions, mais elles sont marginales et encore une fois à la limite de la légalité. Par exemple, faire immatriculer et assurer votre Hot Rod en Angleterre (où la loi est plus permissive). Il est également possible de trouver un assureur dédié au voitures customisées. Sachez que la réglementation européenne risque de vous bloquer même si vous bénéficier de ce type d’assurance – prenez donc le temps d’analyser en détail la situation avec votre assureur.

Autres pages de conseils à consulter :